• Acceuil Audi

    Acceuil Audi



    Logo de Audi

    Création 1910
    Dates clés 1964 1969 1985
    Fondateur(s) August Horch
    Personnages clés Rupert Stadler
    Ferdinand Piëch

    Forme juridique Publique
    Slogan(s) « La technique est notre passion »
    Siège social Ingolstadt
    Drapeau de l'Allemagne Allemagne
    Direction Rupert Stadler
    Actionnaires Volkswagen
    Activité(s) Automobile
    Produit(s) Véhicules particuliers et sportifs
    Société mère Volkswagen AG
    Société(s) sœur(s) Lamborghini
    Effectif 52 297 (en 2006)
    Site d’entreprise www.audi.com

    Chiffre d’affaires 15,454 Md (2008)
    Résultat net 1,692 Md (2007)
    Principaux concurrents
    BMW, Mercedes-Benz, Jaguar, Infiniti, Lexus

    Audi est un constructeur automobile allemand, filiale du groupe Volkswagen AG. Le nom officiel de l'entreprise est Audi AG, et son siège social se situe à Ingolstadt en Bavière.

    La marque Audi est en réalité un sigle qui signifie Auto Union Deutsche Industrie (traduction : Groupement de l'industrie automobile allemande). Le nom provient également du latin audi (impératif de audire : entendre). Ce nom de marque est un jeu de mots avec le nom du fondateur, August Horch (impératif de horchen: entendre). Avec l'esprit audacieux qui est le sien, August Horch donne naissance à Audi en 1909, qui fait depuis figure de nos jours, de marque de voitures de haut de gamme.

    <script type="text/javascript"></script>

    Histoire [

    Fondation 

    Alors que la firme A.Horch & Co. Motorwagen Werke fondée 1889 connait un certain succès, Horch est brusquement évincé en juin 1909, de la direction de la société qui porte son nom. En désaccord avec le directeur commercial et en minorité au conseil d'administration, Horch doit quitter l'entreprise. Néanmoins, soutenus par de nombreux ouvriers, il fonde la même année une autre société, dénommée « August Horch Automobil Werke » dont les usines et le siège social sont également à Zwickau en Saxe, tout près de la firme A.Horch & Co. Motorwagen Werke. La quasi homonymie des deux entreprises concurrentes, voire rivales, débouche finalement à une mise en demeure du tribunal de Leipzig, obligeant August Horch à changer le nom, qui devient donc « Audi Automobilwerke GmbH »[1].

    Succès automobile [modifier]

    Couverture du magzine « Speed » illustrant les exploits d'Audi en course automobile.

    Le modèle phare d'Audi à l'époque est la « 14/35 HP », produite de 1912 à 1921. Ce modèle qui dispose d'un excellent rapport poids/puissance connait, dans sa version course, l'Alpensieger, de nombreux succès sportifs[2]. D'ailleurs, Audi et Mercedes sont les deux grands équipes dans le sport automobile. La présence personnelle et constante de Horch permet à l'entreprise de se développer et de connaitre une période de grands succès. Génie reconnu de la mécanique tout comme Ferdinand Porsche, Horch réussit à allier au succès technique de ses voitures, une participation assidue aux compétitions tant comme conducteur et entraîneur d'une équipe de pilotes dont font d'ailleurs partie ses propres ingénieurs[1]. Il unit à ces qualités celles de constructeur sérieux et d'excellent ingénieur, profitant largement à la réputation d'Audi. À un journaliste qui lui en fait la remarque, il répond : « Certainement, dommage cependant que je ne sois pas aussi doué pour les basses intrigues des conseils d'administration ».[réf. nécessaire]

    De 1911 à 1914, la société Audi participa à la Coupe des Alpes, alors terrible course d'endurance de 2 400 km qu'elle remporta trois années de suite, en 1912, 1913 et 1914. Même le simple fait de ne pas avoir eu de pénalisations en 1911 fut ressenti comme une première victoire et donna à Audi son image de constructeur sportif.

    Les années de relance qui suivent la Première Guerre mondiale poussent Horch à s'engager dans la voie de l'automobile utilitaire en introduisant dans sa gamme le modèle « G 8/22 HP », dont le projet fut étudié en 1914. Étant donné le succès mitigé que connait la voiture, la société de Horch s'oriente à nouveau vers les voitures de luxe imposantes et très chères. Cependant, le marché s'évanouit si bien que la dépression économique de 1929 plonge l'entreprise dans une série de problèmes financiers[1].

    Auto Union [

    Logo de la firme Auto-Union.

    En 1928, Audi rencontre des difficultés financières et est repris par DKW, un ancien constructeur automobile allemand. Lors de la répartition des tâches, la production de modèles de prestige est dévolu d'emblée à la société Audi, dépositaire de cette tradition. Bien que étrange, la société Audi conserve son nom et n'appose par la marque DKW sur les modèles produits. Comme beaucoup d'autres constructeurs allemands de l'époque, les productions et licences américaines s'immiscent chez DKW et Audi[1].

    En 1932, afin de faire face à la Dépression et sous l'impulsion du gouvernement nazi qui désire restructurer complètement l'industrie automobile allemande[3], les quatre constructeurs automobiles Audi, DKW, Horch et Wanderer s'unissent sous le sigle des quatre anneaux pour former le consortium dénommé Auto Union. Le siège de cette union se situe alors à Chemnitz. Étant donné que le marché des voitures de luxe est déjà occupé par Mercedes-Benz, AustroDaimler et N-A-G-, Auto-Union se met à produire des modèles de moyenne gamme[1].

    Reprise [modifier]

    Publicité pour Audi sur les écran de New York.

    Après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup d'employés des usines détruites à Zwickau déménagent vers Ingoldstadt pour reprendre la production, lieu où se situait déjà la production de DKW. En effet, Auto Union qui a massivement participé à l'effort de guerre est démantelée par les Alliés, et la majeur partie des installations de l'entreprise est détruite[3]. Volkswagen achète l'usine d'Ingoldstadt en 1964, et ressuscite le nom d'Audi. Le logo d'Auto-Union comme nouvelle marque néanmoins conservé.

    Le succès de l'entreprise engendre la reprise de NSU par Audi en 1969, puis bien plus tard, de Lamborghini en 1998. La marque Audi est désormais connue pour ses modèles luxueux et sportifs, concurrent d'une marque de prestige depuis bien plus longtemps, à savoir Mercedes. C'est d'ailleurs grâce en partie à la technologie Quattro développée par Audi. En effet, en 1980, au Salon de Genève, Audi présente le coupé Quattro, première voiture de tourisme à transmission intégrale. C'est d'ailleurs sous l'impulsion de Ferdinand Piëch, petit fils de Ferdinand Porsche, qu'Audi développe de nombreuses technologies de pointe. C'est également Piëch qui décida de débarrasser Audi de son image petit-bourgeois, et qui afficha l'ambition de concurrencer Mercedes et BMW[3].

    Plus récemment, le modèle A4 détient le record de vente de modèle Audi qui a été le plus vendu. C’est aussi une valeur sûre dans le segment des berlines de haut de gamme en Europe[2]. On peut également citer l'entrée surprenante de l'Audi R8 dans les supercars les plus prisées, concurrente directe de la mythique Porsche 911. Le magazine Evo titre même : « Audi humbles Porsche. A new dawn starts today » (« Audi humilie Porsche. Une nouvelle ère commence aujourd'hui. »)[4].

    Modèles par chronologie 

    Entre paranthèses, la date de première mise en vente.

    Modèles de 1910 à 1919 [modifier]

    Modèles de 1920 à 1929 [modifier]

    Modèles de 1930 à 1939 [modifier]

    Modèles de 1950 à 1959 [modifier]


    Modèles de 1960 à 1969 [modifier]

    Modèles de 1970 à 1979 [modifier]

    Modèles de 1980 à 1989 [modifier]

    Modèles de 1990 à 1999 [modifier]

    Modèles actuels [modifier]

    Gamme A3

    Gamme A4

    Gamme A5

    Gamme A6

    Gamme A8

    Gamme TT

    Autre Gamme

    Futurs modèles [modifier]

    Développement Audi 

    Sport 

    Pour la saison 2005, Audi participe au championnat allemand de tourisme DTM ainsi qu'au championnat American Le Mans Series, et aux 24 Heures du Mans que la marque remporta en 2000, 2001, 2002, 2004 et 2005 avec l'Audi R8 FSI, puis en 2006, 2007 et 2008 avec la R10, propulsée par un moteur V12 TDI, dont la vocation est de vanter les mérites des moteurs diesels qui font 75 % du chiffre d'affaires de la marque.

    Innovations [

    Boite DSG, développée en partie par Audi

    Audi se situe en pôle position dans la course aux innovations techniques : système quattro, technologie FSI, carrosserie ASF, boîtes de vitesses Tiptronic, Multitronic, S-tronic, R-tronic

    La boîte de vitesses Multitronic est de type « variation continue ». Elle repose sur le principe de deux poulies coniques reliées entre elles par une chaîne métallique à multi-maillons. Les boîtes de vitesses S-tronic ou DSG chez VW (Direkt Schalt Getriebe pour Boîte de vitesse à changement direct) n’équipent actuellement que les petits modèles sportifs à moteurs transversaux : Audi A3, Audi TT. Volkswagen propose cette boite plutôt dans un esprit de confort de conduite que de sportivité. Cette boîte a la particularité d'être constitué d’une double boîte de vitesses (une boîte avec les rapports 1/3/5, une autre avec les rapports 2/4/6) . Lorsque le rapport « 1 » est enclenché, le rapport « 2 » l’est également en parallèle. Ainsi, dès passage du rapport 1 au rapport 2, il n’y a juste qu’à basculer d’embrayage. Ceci permet donc d'annuler pratiquement tout temps de réponse de la boîte.

    Le concept ASF Audi Space Frame, charpente ou ossature de l'automobile en aluminium est également une innovation Audi. La structure totale (Audi A2, Audi A8) ou partielle (Audi TT Coupé 2006) est fabriquée avec cet alliage. La rigidité de ce type de coque en aluminium est supérieure à l'équivalent en acier, permet une meilleure tenue de route ainsi qu'une meilleure absorption des chocs lors de crash tests. D’autre part, le gain de poids est de l’ordre de 25 %.

    Les automobiles Audi sont également dotées des dernières innovations en matière de suspensions (pneumatique avec gestion automatique sur A8, A6, allroad, Q7 : magnétique avec tarage au choix confort/sport sur TT Coupé 2006 et R8). Les voitures Audi ont été parmi les premières à être commercialisées en pneumatiques Run Flat, permettant de rouler à plat (120 km à 80 km/h) lors d'une crevaison. Notons également l'offre sur S8/RS4/R8 de freins en céramique qui permettent de retarder la perte d'efficacité de freinage après une sollicitation soutenue des freins et d’éviter de voilage des disques. De plus, ces disques ont une durée de vie d'environ 300 000 km en usage normal.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :