• Audi RS4

    Audi RS4

    Audi RS4 B7

    L'Audi RS4, dont les initiales RS pour « Rennen Sport »[Note 1] en allemand désignent qu'il s'agit d'une version « ultrasportive », est la déclinaison suralimenté de la gamme A4 du constructeur automobile allemand Audi. Construite par la division Quattro GmbH, division sport du groupe Audi AG, la RS4 se place comme la remplaçante de l'Audi RS2 des années 1990.

    La première génération de l'Audi RS4, dénommée « B5 » selon la désignation de son châssis, est uniquement produite en version Avant (break) de 2000 à 2001. Il s'agit à cette époque de la version break la plus puissante du marché. En 2006, elle est remise au goût du jour avec la version « B7 »[Note 2] de l'Audi A4 pour concurrencer ses rivales que sont les BMW M3, Mercedes-Benz C63 AMG et Lexus IS-F.

    <script type="text/javascript"></script>

    Audi RS4 B5 

    Audi RS4 (B5)
    Audi RS4 (B5)
    Constructeur : Audi
    Production totale 6 030 exemplaires
    Classe Sportive
    Carrosseries Avant (break)
    Usines d'assemblage Neckarsulm, Allemagne
    Performances
    Motorisations Essence V6 2.7 L
    Cylindrée 2 671 cm³
    Puissance (ch) 380 ch
    Puissance (kW) 279 kW
    Couple 440 Nm
    Vitesse maximale 250 km/h
    Accélération 0 à 100 km/h en 4,9 s
    Consommation 12 ℓ/100 km
    Émission de CO2 288 g/km
    Transmission Intégrale Quattro
    Boite mécanique 6 rapports
    Dimensions
    Longueur 4 525 mm
    Largeur 1 799 mm
    Hauteur 1 386 mm
    Empattement 2 607 mm
    Coffre 390 à 1 250 dm³
    Poids 1 620[Note 3] kg

    Contexte historique 

    La volonté de Ferdinand Piëch d'élever la marque allemande Audi vers le haut de gamme et ainsi rejoindre les grandes marques du marché que sont Mercedes-Benz et BMW s'exprime dès les années 1980 avec l'Audi Coupé Quattro, célèbre automobile pour son innovation majeur dans le domaine : la transmission intégrale dénommée Quattro[1].

    Quelques années plus tard, la marque allemande s'affère à travailler désormais sur la motorisation de ses modèles de sport, afin de concurrencer les divisions AMG et Motorsport de respectivement Mercedes et BMW[2], et ainsi nait l'Audi RS2 mue par un moteur 5 cylindres de 315 ch. C'est donc tout naturellement que la nouvelle gamme Audi A4, produite à partir de 1994, s'équipe d'une version « très sportive »[1].

    Durant l'été 2000, l'Audi RS4 est officiellement présentée, dans une version familiale dénommée Avant. Elle est développée en étroite collaboration avec Porsche, notamment sur le châssis et les trains roulants ainsi que les freins ventilés[1].

    Design 

    D'un point de vue esthétique, les modifications entre la version A4 classique et RS4 sont « moins ténues qu’il n’y paraît »[2]. En effet, seuls les rétroviseurs extérieurs brossés aluminium, le bouclier avant élargi muni d’ouïes latérales afin de dissiper la chaleur accumulée dans le moteur, les ailes élargies de 34 mm à l’avant et de 32 mm à l’arrière afin d'accueillir les jantes en alliage de 18 pouces, la disparition des baguettes latérales de protection ainsi que la double sortie d'échappement permettent de les distinguer. Moins visibles mais néanmoins utiles, certains modifications sont fonctionnelles tel que le déflecteur de toit qui assure la stabilité du véhicule à hautes vitesses[2],[1].

    L'intérieur bénéficie également d'un soin particulier, que la plupart qualifient de « sans-faute » en raison de la qualité des assemblages[1],[3]. Il s'agit d'une finition de luxe utilisant des matériaux de qualité tel que le carbone, installé notamment sur le tableau de bord, la console centrale et les contre-portes, et des plastiques moussés. Par ailleurs, les sièges baquet en cuir sont signés Recaro[1],[3]. Si la finition à l'avant est flatteuse, les places arrière ne le sont pas autant et la possibilité d'installer un troisième adulte à l'arrière est proscrite[4].

    Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

    Habitabilité - Confort [modifier]

    Les deux sièges baquets Recaro sont très agréables et assurent un excellent maintien profitable au confort des passagers avant. A l'inverse, la place aux jambes pour les passagers arrière est assez limitée malgré la bonne assise, et la troisième place sur la banquette est restreinte en raison du passage du tunnel central. Le coffre profite quant à lui de 390 cm3 en position normale et jusqu'à  dm3 lorsque les sièges arrière sont rabattus. Une tablette modulante type cache-bagages et une banquette rabattable laissent un fond de coffre plat[5].

    Structure et châssis [modifier]

    L'admission d'air en forme de « Y » dans le V6 de l'Audi RS4 B5.

    Étant donné que l'Audi RS4 est une déclinaison de l'A4, il est normal qu'elle reprenne la plupart des éléments de carrosserie et de la structure de cette dernière, dont la coque est en acier. Néanmoins, afin de diminuer le poids du véhicule, la RS4 adopte de nombreux éléments en aluminium, comme les rétroviseurs, les renforts derrière le bouclier avant et dans les portières. Le break Audi affiche ainsi seulement 1 620 kg[6]. Le châssis de la RS4 est par ailleurs abaissé de 20 mm par rapport à la version Avant de l'A4, permettant d'abaisser le centre de gravité et augmenter la stabilité en virage, mais à l'inverse, augmentant excessivement la fermeté et détériorant le confort[7].

    Moteur - Performances [modifier]

    Les techniciens de la division Quattro GmbH d'Audi et les motoristes de Cosworth se sont penchés sur cette RS4 de sorte qu'elle puisse rivaliser non seulement avec la BMW M3 mais également avec la Ferrari 360 Modena, cette dernière étant de puissance équivalente.

    Graphe Puissance-Couple en fonction du régime moteur de l'Audi RS4 B5[8].

    La RS4 est ainsi propulsée par la version évoluée du moteur V6 de 264 ch de l'Audi S4, turbocompressé par rangée de cylindres, auquel est adjoint deux arbres à cames en tête avec calage variable de la distribution. De surcroit, une gestion Motronic ME7 Bosch avec pilotage de la pression de suralimentation et une culasse coulée selon un procédé Cosworth peaufine la mécanique[9].Cette préparation moteur délivre ainsi une puissance de 380 ch de 6 100 tr/min à 7 000 tr/min et un couple de 400 Nm de 2 500 tr/min à 6 000 tr/min, une plage importante d'utilisation notamment permise par les deux turbocompresseurs (KKK K04 à 2,2 bars[4]) reconnaissable à la forme en « Y » de l'admission d'air[10].

    Néanmoins, la mécanique n'est pas totalement parfaite et certains équipements vieillissent mal. La boite manuelle à six rapports, seule boite disponible, est perfectible dans son maniement mais l'étagement est cependant réussi[4]. Par ailleurs, les collecteurs des turbos étant dotés de bagues pouvant vibrer, ces dernières finissent à force par se cogner sur les turbos, si bien qu'elles provoquent une panne. Pour finir, il arrive que l’admission d’air en « Y » se fende par le dessous provoquant une prise d’air anormale. Cela a pour conséquence un dérèglement de la gestion électronique du moteur engendrant une perte de puissance[10].

    Audi RS4 B7 [modifier]

    Audi RS4 (B7)
    Audi RS4 (B7)
    Constructeur : Audi
    Production totale 2006 : 7 639[11] exemplaires
    2007 : 5 292[11] exemplaires
    Classe Sportive
    Carrosseries Berline tricorps
    Avant (break)
    Cabriolet
    Usines d'assemblage Ingolstadt, Allemagne
    Performances
    Motorisations Essence V8 4.2 L
    Cylindrée 4 163 cm³
    Puissance (ch) 420 ch
    Puissance (kW) 309 kW
    Couple 420 Nm
    Vitesse maximale 250 km/h
    Accélération 0 à 100 km/h en 5 s
    Consommation 13,4 ℓ/100 km
    Émission de CO2 322 g/km
    Transmission Intégrale Quattro
    Boite mécanique 6 rapports
    Dimensions
    Longueur 4 586 mm
    Largeur 1 816 mm
    Hauteur 1 415 mm
    Empattement 2 650 mm
    Coffre 460 à 1 355 dm³
    Poids 1 650[Note 3] kg
    Chronologie des modèles (2006 - 2008)
    Audi RS4 (B5)
    Audi RS4 (B8)

    Contexte [modifier]

    Alors que l'Audi RS4 de première génération, uniquement disponible en version Avant, s'est vendue à plus de 6 000 exemplaires, Audi présente lors du Salon international de l'automobile de Genève de 2006, la nouvelle version de l'Audi RS4. Basée sur le châssis B7 de l'A4, elle est cette fois ci déclinée dans un premier temps en version berline.

    Afin de se mettre à jour sur les exigences de plus en plus élevée en termes de sportivité, la nouvelle RS4 abandonne le V6 au profit d'un V8. Il s'agit d'ailleurs d'une prouesse d'avoir réussi à intégrer un moteur de cette taille dans une carrosserie au volume contenu[12]. De nombreuses technologies sont par ailleurs issuent de la compétition. La raison de cet abandon s'explique par la recherche de performances mais surtout pour le prestige et l'image du V8[13]. Par ailleurs, la production de modèle de plus de 340 ch ayant progressé régulièrement depuis 2000 ayant même atteint une augmentation de 25% entre 2004 et 2005, l'Audi RS4 a toutes les raisons d'exister[14].

    Design [modifier]

    L'évolution esthétique majeure est, indéniablement, l'adoption de la calandre trapézoïdale dénommée Single Frame, trait stylistique spécifique à la marque Audi. Elle est d'ailleurs progressivement adoptée par l'ensemble de la gamme. Les optiques de phares inaugurent également un nouveau dessin. Les entrées d'air, ainsi que la calandre, sont grillagées façon « nid d’abeille » et les sorties d'échappement ovales sont entourées par une grille alvéolée[15].

    Même si les caractéristiques principales demeurent communes, la version RS4 B7 se distingue bien plus de l'A4 B7 que ne l'avait fait la RS4 B5 de l'A4 B5. La face avant possède des ouvertures élargies pour refroidir le V8 ainsi que des ouïes latérales identiques au dessin de celles de la précédente version. Deux spoilers sont installés pour la stabilité à hautes vitesses : un à l'avant et un deuxième à l'arrière, intégré à la malle[14].

    Trait esthétique maintenu, les rétroviseurs sont brossé aluminium, de même que l'entourage des portes. L'intérieur se distingue de la berline classique A4 par ses baquets en cuir, un pédalier aluminium et notamment, par un volant aplati dans sa partie inférieure, une première chez Audi et bientôt adoptée par toutes les sportives Audi[14].

    Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

    Structure et châssis [modifier]

    De nombreuses innovations et modifications technologiques sur le châssis octroient un « comportement presque parfait »[16] à la RS4. À l'avant, le guidage est réalisé par quatre bras transversaux avec axe de pivot variable alors que l’arrière s'équipe de bras trapézoïdaux « assurant l’essentiel lorsque la voiture encaisse de forts appuis en virage »[16].

    La hauteur de caisse est diminuée de 30 mm et les voies sont élargies de 37 mm à l'avant et de 47 mm à l'arrière, en comparaison à l'Audi A4. Hormis le fair que le centre de gravité soit abaissé, améliorant donc la stabilité, cette Audi RS4 profite d'une nouvelle génération Torsen C de transmission Quattro qui participe grandement au comportement. En effet, le couple est répartie dans une configuration 40/60, typé propulsion, mais peut varier selon les conditions entre 15/85 et 65/35[17].

    Technologie issue de l'Audi RS6, l'Audi RS4 s'équipe d'un système DRC pour « Dynamic Ride Control ». Il s'agit d'un dispositif hydraulique, fonctionnant sans électronique pour une plus grande fiabilité, reliant, via une vanne centrale, les amortisseurs deux par deux selon la diagonale. Ce système permet ainsi de non seulement diminuer les mouvements de caisse mais également le roulis et le tangage[17].

    Moteur - Performances [modifier]

    Le moteur V8 de l'Audi RS4 B7.

    L'utilisation d'un V8 4.2 L permet à la nouvelle RS4 B7 de gagner 40 ch portant ainsi la puissance totale à près de 420 ch à 7 800 tr/min, un régime tours certes élevé mais permettant d'atteindre une puissance au litre de 100 ch. Un travail important a été réalisé puisque le V8 n'est ni turbocompressé comme l'était le V6 de la RS4 B5, ni suralimenté. En effet, il s'agit d'un moteur FSI à injection directe déjà présent en compétition DTM sur des Audi TT ainsi que sur l'Audi R8 du Mans. Certes, cela a pour conséquence de diminuer le couple de 10 Nm, atteignant donc les 430 Nm à 5 500 tr/min, en raison de l'alimentation atmosphérique[13]. Néanmoins, 90% du couple est disponible de 2 250 à 7 600 tr/min[18].

    La nouvelle configuration moteur permet ainsi d'atteindre le 0 à 100 km/h en 4,8 s et le 0 à 200 km/h en 16,6 s. La vitesse maximale est quant à elle limitée électroniquement à 250 km/h, comme le veut le « code de bonne conduite » signé entre les trois grands constructeurs allemands[13]. « Modèle de douceur et de précision », la boite de vitesses manuelle à 6 rapports courts participe grandement à ces performances[19].

    Habitabilité - Confort [modifier]

    Intérieur de l'Audi RS4 B7, typé confort.

    L'Audi RS4 ne néglige pas le confort et s'équipe de nombreux équipements de série : 4 coussins gonflables de sécurité (« airbags »), dont le système en rideaux couvrant toute la surface vitrée latérale et le montant central en cas d’accident[20], les projecteurs au xénon, l'aide au stationnement avant et arrière, la climatisation automatique bizone, le système d'immobilisation et de localisation par satellite, le régulateur de vitesse, le réglage électrique des sièges, etc. La particularité de l'intérieur de l'Audi RS4 est de proposer, gratuitement, deux types d'ambiance : une confort, reprenant les éléments de l'S4 dont notamment les sièges baquets Recaro, ou bien une version sportive siglée « RS » comprenant de nombreux inserts de carbone ainsi que de nouveaux sièges baquets[21].

    L'amortissement est, pour une sportive, ferme mais le confort est néanmoins maintenu même sur routes dégradées[21]. Le système « Brake Disc Wiper » assure un freinage optimal en conservant par tout temps, les disques de frein secs[16]. Le système agit de telle sorte que les garnitures s’appliquent à intervalles réguliers sur les disques afin de les sécher. L'opération se fait sans que le conducteur s'en aperçoive et assure un « meilleur mordant au freinage »[12]. Les sièges avant, baquets, assure un bon maintien, idéal pour éviter d'être secouer en conduite sportive. D'ailleurs, ils disposent d’une fonction permettant de gonfler les joues latérales, adaptant ainsi le maintien à la morphologie du conducteur[12]. Les passagers arrière sont moins « choyés » étant donné que l'espace aux jambes est assez faible et la place du centre ne permet pas, comme sur la précédente génération, d'installer un adulte, en raison du tunnel central imposant[21].

    Déclinaison Avant [modifier]

    Audi présente depuis de nombreuses années des versions RS déclinées en version Avant, et l'Audi RS4 B7 n'y échappe pas. Étant donné qu'il s'agit d'un break, l'Avant pèse 1 710 kg contre 1 650 kg pour la berline, soit 60 kg de plus. Néanmoins, les performances sont quasi identiques ; le break (tout comme le cabriolet) perd seulement un dixième en accélération, effectuant le 0 à 100 km/h en 4,9 s, et trois dixième sur le 0 à 200 km/h, effectué donc en 16,9 s[22].

    Paradoxalement, l'Avant perd en capacité de coffre lorsque les sièges ne sont pas rabattus. En effet, la berline affiche une capacité mini de 460 dm3 alors que le break n'en affiche que 442[22]. Les dimensions ne sont évidemment pas les mêmes, excepté en longueur. L'Avant mesure 1 816 mm en largeur, 1 415 mm en hauteur et 2 651 mm pour l'empattement.

    Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

    Déclinaison Cabriolet [modifier]

    Audi RS4 Cabriolet.

    La déclinaison de l'Audi RS4 en cabriolet est une première dans l'histoire de la marque allemande, étant donné qu'aucun autre modèle RS n'a été auparavant décliné en version cabriolet[22]. La raison de ce changement s'explique par le fait qu'Audi désire créer une voiture passion.

    Patrice Franke, le Directeur Général d’Audi France estime que l'Audi RS4 Cabriolet est « un véhicule image constituant une gageure car passer une telle puissance dans une décapotable forcément moins rigide qu’une berline traduit un bel exploit technique. Il s’adresse à des passionnés qui auront un fort ressenti, ne serait-ce qu’avec un bruit d’échappement en prise directe. Le même agrément qu’au guidon d’une moto de grosse cylindrée »[23].

    La présence d'un système décapotable en toile s'ouvrant et se fermant en 21 s, à commande électrohydraulique, augmente le poids du cabriolet de 200 kg par rapport à la berline, culminant à 1 845 kg[22]. Les dimensions ont également changées : 4 555 mm de long, 1 814 mm de large, 1 391 mm de haut. L'empattement quant à lui mesure 2 650 mm.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :