• Mercedes Classe G

    Mercedes-Benz Classe G

    Mercedes-Benz Classe G
    Mercedes-Benz Classe G
    Constructeur : Mercedes-Benz
    Classe 4x4
    Carrosseries 5 places, 3 et 5 portes, cabriolet
    Performances
    Motorisations Essence: V8 500 (388 ch) et 55AMG (507 ch) Diesel: V6 320 CDI (224 ch)
    Couple 520 Nm à 1 800 tr/min : 320 CDI , 450 Nm : 500 , 710 Nm : 55AMG Nm
    Vitesse maximale (55AMG:) 210 km/h
    Accélération 0 à 100 km/h en (55AMG:) 5.6 s
    Consommation 10.9 ℓ/100 km
    Émission de CO2 289 à 406[1] g/km
    Transmission à quatre roues motrices permanent et trois différentiels qui se verrouillent
    Dimensions
    Longueur 4 212 et 4 662 mm
    Largeur 1 760 mm
    Hauteur 1 930 mm
    Poids 2 450 kg

    Mercedes-Benz Classe G («G» = Geländewagen, tout-terrain en allemand), est un 4X4 connu pour ses talents de franchisseur. Il est disponible en version courte (3 portes), longue (5 portes) et cabriolet, et est fabriqué à Graz en Autriche chez Steyr Puch, entreprise renommée pour ses véhicules tout terrain et qui participa à sa conception [2].

    Ce véhicule est apparu sur le marché en 1979 alors qu'il avait été développé pour des applications militaires et a évolué du statut d'utilitaire vers celui de 4x4 de luxe, s'embourgeoisant au fil de ses évolutions. S'il a su moderniser sa présentation intérieure (et extérieure) au fil des ans, avec notamment une évolution récente de la planche de bord, ce véhicule n'en demeure pas moins un vrai tout terrain, notamment grâce à une particularité assez rare, celle de disposer en série de trois blocages de différentiels, à l'instar de son « cousin » le Steyr-Puch Pinzgauer. Le revers de la médaille de cette conception tridécénale est un comportement routier d' un autre âge due à son chassis séparé et ses essieux rigides qui ont conservé de grand débattements. Ces solutions font certes merveille en tout terrain mais ne brillent guère sur la route. En version sportive AMG, le chassis est complètement dépassé par la puissance du V8 compressé.

    Il est actuellement doté d'une boîte automatique sept rapports (la 7G-Tronic) avec passage manuel des vitesses en mode séquentiel, suspension à essieu rigide à l'avant et à l'arrière, antipatinage, système de stabilité, dispositif à quatre roues motrices permanentes et trois blocages de différentiels (avant, central, arrière) en série. Une version sportive AMG est au catalogue, dotée d' un V8 5,5L à compresseur développant 500 chevaux associé à une boîte auto à 5 rapports (contre 7 pour le reste de la gamme). Les performances sont impressionantes malgré les 2,6 tonnes de l'engin (ce moteur n'est disponible qu'en version 5 portes) et la vitesse maxi est officielment bridée à 210 km/h.

    Anciens moteurs du classe G (liste non exhaustive):

    Diesels:

    • 240 GD : 2,4L, 4 cylindres en ligne, 72 ch
    • 300 GD : 3,0L, 5 cylindres en ligne, 88 ch
    • 300 GD Turbo Diesel : 3,0L, 5 cylindres en ligne, 125 ch
    • 250 GD : 2,5L, 5 cylindres en ligne, 90 ch
    • 300 GD : 3,0L, 6 cylindres en ligne, 113ch
    • 290 GD : 2,9L, 5 cylindres en ligne, 95 ch
    • 290 TD : 2,9L, 5 cylindres en ligne, 129 ch
    • 350 TD : 3,5L, 6 cylindres en ligne, 136ch
    • 300 TD : 3,0L, 6 cylindres en ligne, 177 ch
    • 270 CDI : 2,7L, 5 cylindres en ligne, 156ch
    • 400 CDI : 4,0L, V8, 250ch
    • 320 CDI : 3,0l, V6, 224ch

    Essences:

    • 230 GE : 2,3L, 4 cylindres en ligne, 105 ch
    • 280 GE : 2,8L, 6 cylindres en ligne, 156 ch
    • 300 GE : 3,0L,6 cylindres en ligne, 170 ch
    • 500 GE : 5,0L, V8, 240 ch
    • G 320 : 3,2L, V6, 218 ch
    • G 55 AMG : 5,5L, V8 atmosphérique, 347 ch, puis ce même V8 avec un compresseur, depuis 2005, 476 ch puis 500 ch et 507ch.
    • G 500  :5,0L, V8,296 ch,

    Moteurs et boîtes de vitesses sont de conception Daimler-Benz, tandis que la boîte de transfert à deux rapports (permettant de doubler les vitesses routières d’une gamme courte) fut conçue chez Steyr-Puch. Des boîtes de vitesse ZF ont aussi été montées[3].

    Utilisateurs policiers et militaires 

    Le tiers des 175 000 unités est en version militaire et policière. Ces armées sont majoritairement européennes :

    L'armée canadienne, qui vient de commander plus de 800 exemplaires, a obtenu que le blindage soit démontable. Ces «kits», qui pèsent chacun près d'une tonne, sont composés de portières, d'un pare-brise (plat) et autres pièces blindées peut être installé en moins de huit heures par trois soldats. De même, l'US Marine Corps s'en est procuré (62 MB 290 GD 1.5 t devenues des Interim Fast Attack Vehicle (IFAV). Pour les missions les plus exposées 50 RG-31 Nyala construit par BAE Land Systems OMC, Afrique du Sud, sont utilisés.

    Puch G, version « commutateur mobile » des troupes de transmission de l'armée suisse

    L'armée suisse utilise différentes versions du véhicule pour le transport de troupes, de matériel ou de vivres. Les troupes de transmission disposent d'un « Puch de construction » pour la pose de lignes, ainsi que le « commutateur mobile » qui contient le matériel et les connexions pour établir un nœud dans le réseau de l'armée (RITM). Toutes les versions ont une boîte automatique.

    L'armée suisse en a commandé 5300 entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 [4]. Le Puch a remplacé d'anciens modèles utilisés par l'armée suisse.

    Peugeot utilisa la cellule du véhicule G, ainsi qu’une grande partie de la mécanique sauf le moteur et la boîte de vitesse qui provenaient des 504 & 505[5] pour proposer le P4, qui était fabriqué en France à Sochaux, puis à Audincourt, chez FAM.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :